Oiseaux.ch

Le portail de référence des oiseaux sauvages en Suisse

Observation, étude, protection et photographie des oiseaux sauvages

La chronique
de Lionel Maumary

« Tönn », l'insatiable explorateur

Lionel Maumary, Oiseaux.ch, 12.12.2017

« Les voyages forment la jeunesse » ou « hâte-toi lentement » pourraient être les devises de l'Aigle criard « Tönn », dont les déplacements peuvent être suivis grâce à une balise GPS. Car si les oiseaux semblent programmés dans la plupart de leurs comportements, notamment ceux qui régissent la migration, lui semble jouer avec les limites que lui intime son instinct en flânant en chemin. Là où les autres de son espèce reproduisent des trajets stéréotypés d'une année à l'autre, il improvise chaque année sa route avec tant de fantaisie qu'on pourrait le croire perdu. Or s'il voyage en louvoyant et en s'accommodant chaque année de nouveaux sites d'escale, il retourne fidèlement chaque hiver, depuis sa première migration en 2008, aux marais d'El Hondo sur la Costa Blanca en Espagne. Son comportement si original, il l'a révélé dès ses premières années, qu'il a passé à explorer toute la Scandinavie, qui se trouve hors de l'aire traditionnelle de l'Aigle criard. Les seules limites qui se sont imposées à lui sont les côtes de la mer Baltique et de celle de Norvège. Ce fut d'abord la Finlande, puis la Suède, la Norvège et le Danemark, avant de s'installer tardivement pour commencer à nicher dans sa patrie d'origine, l'Estonie. Mais sans se presser, en 2015, alors âgé de 7 ans, après une longue période d'adolescence passée à explorer toute le nord de l'Europe.

illustration

Trajets cumulés de l'Aigle criard « Tönn » de 2008 à 2017. Source: http://birdmap.5dvision.ee

Partout où il passe en Europe centrale et occidentale, cet « Tönn » est une star. Tenant en haleine de nombreux ornithologues désireux de le voir, il reste pourtant souvent insaisissable. Il a traversé la Suisse à au moins six reprises, trois fois au printemps et trois fois en automne, mais sans y être observé jusqu'en 2017 ! En 2012, 2013 et 2014, il a traversé le Léman entre Le Hucel (Haute-Savoie) et le Mont Pèlerin VD sans être repéré du côté suisse. En 2017, il a entamé sa migration d'automne avec 1.5 mois de retard. Après une escale les 16-18 novembre au lac de Constance D puis le 19 au bord du Rhin D, il a été photographié une première fois le 19 à la retenue de Klingnau AG avant de s'arrêter le 20 à Schöftland AG puis le 21 à Meikirch BE avant de se poser le soir du 22 à Peney-le-Jorat VD. C'est là qu'il a pu être photographié le lendemain matin, luttant contre des rafales de foehn. C'est probablement ce fort vent du sud-est qui l'a redirigé vers le nord-ouest, avec un retour en France par Vallorbe VD. Il est remonté par la suite presque jusqu'à Dijon avant de redescendre plein sud vers St-Etienne. Après un parcours sinueux de plus de 4'100 km, « Tönn » est arrivé le 10 décembre dans la région de Barcelone et réintégrera sans doute dans quelques jours son quartier d'hiver espagnol, mais avec plus d'un mois de retard. Il est libre, « Tönn ».


Envol matinal de l'Aigle criard « Tönn » à Peney-le-Jorat, le 23 novembre 2017. La balise blanche est bien visible sur le dos de l'oiseau. L. Maumary.


L'Aigle criard « Tönn » en migration au-dessus des bois du Jorat. Peney-le-Jorat, 23 novembre 2017. L. Maumary.







pub

A propos de Lionel Maumary